D'après des chercheurs allemands, la pollution de l'air aurait contribué à 21% des décès dus au Covid-19 en Belgique.

Quant aux mers et rivières, ils font grise mine sous l'afflux de masques et de gants abandonnés... 

Par ailleurs, les restrictions ont favorisé la qualité de l'air en de nombreux endroits. 

La pollution augmente les risques des maladies respiratoires et donc du Covid-19

La pollution de l'air menace peut-être plus notre santé qu'on ne l'imagine. En moyenne, dans le monde, elle réduit l’espérance de vie de trois années. En 2015, elle a ainsi causé quelque 8,8 millions de morts prématurées ! 

En mars 2020, le coronavirus s'échappait tout juste de Chine pour envahir le reste du monde. Rapidement, des travaux ont montré que la pollution atmosphérique aide à transporter ce coronavirus. Pire, elle semble fragiliser les personnes vulnérables et aggraver les symptômes, ce qui est maintenant confirmé par une étude menée par des chercheurs allemands (voir référence ci-dessous). Environ 15 % des décès dus au Covid-19 dans le monde - 19 % en Europe et même 27 % en Asie de l'Est - pourraient être attribués à une exposition à long terme à la pollution de l'air.

Mais, pour éviter toute méprise, les chercheurs précisent bien que ces chiffres correspondent à « la fraction de décès dus au Covid-19 qui pourrait être évitée si la population était exposée à des niveaux de pollution atmosphérique inférieurs, sans combustibles fossiles ou autres émissions anthropiques ». Pas de relation directe de cause à effet, donc - même si cela n'est pas exclu -, mais une « aggravation des autres problèmes de santé qui pourraient entraîner des conséquences mortelles de l'infection virale ».

La pollution par les masques et autres déchets médicaux augmente

 Aujourd’hui, des objets essentiels à la lutte contre le coronavirus comme les masques, des gants et même des flacons de gel hydroalcoolique viennent souiller les eaux du monde entier. A cause de leur structure très légère, certains masques s’envolent. D’autres sont jetés volontairement dans la nature et peu de gens se risquent à les ramasser.

"Il y a un gros problème au niveau des masques jetables. Il n’y a pas de système de collecte et ces masques finissent dans les eaux, dans les égouts et dans les canalisations. Ces masques libèrent des microparticules qui peuvent être dangereuses pour l’écosystème"

Privilégiez les masques réutilisables et veillez à jeter masques et gants dans les poubelles appropriées!

L'environnement en profite

Un tiers de la planète est confiné à des niveaux divers. Parmi les innombrables conséquences de ces mesures, certaines peuvent être assimilées à des bonnes nouvelles.

L'air des grandes villes s'améliore. Avec la diminution du trafic routier, la concentration de dioxyde d'azote (les NOx) a diminué, notamment dans les grandes villes. De là à imaginer une inflexion dans le réchauffement climatique ? Non, pas à ce point là! D'après le directeur de l'Agence européenne de l'environnement (EEA), Mr Bruyninckx, « Pour atteindre la neutralité climatique en Europe, il faut réduire continuellement les émissions sur une longue période ».

 Retour de la faune. Certains animaux font leur apparition là où on ne les attendait plus, comme ces canards devant la Comédie Française à Paris, des chèvres dans les jardins d'un village gallois, ces sangliers dans les rues de Barcelone, ce puma dans celles de Santiago du Chili ou même une Civette de Malabar, pas observée depuis 1990, aperçue sur un passage piéton en Inde. En France, les dauphins reviennent près des côtes de la Méditerranée. Les poissons retrouvent les canaux de Venise. Enfin, dans les villes, le chant des oiseaux se fait bien plus audible.

 

 Le sport à domicile. À défaut de pratiquer le jogging, beaucoup de confinés se sont pris de passion pour le sport à domicile. Les tutoriels en ligne se sont multipliés. Mais attention, ces activités physiques ne sont pas sans danger. Elles doivent être pratiquées de façon raisonnable, entre 30 et 45 minutes par jour. 

 

RéférencesRTBF-Pollution de l'air et Covid-19, RTBF-Coronavirus, les mers regorgent d’objets, Cardiovascular Research, Coronavirus et sport.