La centrale électrique à charbon de Kayenta, située au milieu du territoire Navajo dans les montagnes rocheuses aux USA, sera remplacée par des champs de panneaux photovoltaïques. Une tendance irréversible...

La réalité économique et la pollution en ont eu raison...

L'électricité créée à partir de charbon est non seulement polluante et génératrice de gaz à effet de serre, elle est aussi devenue bien trop chère face à la production solaire et éolienne.

Après 43 ans de service, les installations sont en cours de démolition. Toutefois, une partie intéressante sera conservée: la sous-station électrique de 500 MW et les lignes à haute tension qui en sortent vont avoir une deuxième vie. Dés ce 23 décembre 2020, l'installation est tombée maintenant sous la responsabilité de la nation Navajo qui en fera bon usage pour y connecter une centrale solaire photovoltaïque.

La mine de charbon de Kayenta aussi

La mine de Kayenta, une des plus grandes des États-Unis, n'avait comme seul client que la centrale électrique située juste à côté. Elle est donc aussi arrêtée et de la végétation est en cours de plantation pour (trop partiellement, hélas) réhabiliter le site.

Le solaire a le vent en poupe dans les tribus indiennes

Les Navajos n'ont jamais été propriétaires de la centrale à charbon. Et, s'ils recevaient un loyer important et travaillaient en nombre sur le site, ils subissaient aussi tous les inconvénients liés à la pollution générée par la centrale. Par contre, dès maintenant, ils possèdent et gèrent eux-mêmes les nouvelles centrales solaires construites sur leurs terres.

La prochaine étape est la construction d'une troisième centrale solaire de 70 MW qui doit débuter cet été 2021 sous le nom de "Red Mesa Tapaha". La construction doit durer un an et amener 250 emplois dans la région.

Le responsable du réseau électrique Navajo Tribal Utility Authority (NTUA) avait pris les devants. Les deux premières centrales électriques solaires de Kayenta ont vu le jour entre 2016 et 2019.

L'association Native Renewables a lancé un partenariat avec la nation Navajo pour lancer des formations en technique des énergies solaires. Il y a quelques jours, les 10 premiers étudiants sortis de cette filière ont reçu leur diplôme.

 

 Références : NTUA, Le projet Red Mesa Tapaha.