Ce 17 Septembre 2020, la Commission Européenne vient de publier les nouvelles ambitions de son plan pour la climat. Les derniers rapports du GIEC sur l'évolution du climat ont mis en évidence nombre d'effets néfastes de cette évolution qui n'avaient pas été pris en compte précédemment. L'Europe décide donc d'accroître fortement ses efforts. 

Une réduction de 55% des gaz à effet de serre

La Commission Européenne vise à réduire encore davantage que l'an dernier ses émissions de CO2 à l'horizon 2030 (par rapport au niveau de 1990). Si ce but est atteint, non seulement les objectifs des accords de Paris seraient réalisés, mais cela devrait aussi renforcer l'économie et l'industrie de toute l'Europe.

En pratique, 30% du budget de la Commission sera employé pour des actions en faveur du climat. D'ici 2030, l'Europe va investir 350 milliards € de plus que les années précédentes, quand on visait encore d'atteindre "seulement" 35% de réduction des gaz à effet de serre. Le but final d'un Europe neutre en carbone est espéré pour 2050.

Les autos devront faire de gros efforts, avions et les bateaux aussi

Les constructeurs automobiles devront donc d'ici 2030 réduire de moitié les émissions par kilomètre de leurs voitures par rapport au niveau de 2015. 

De nouveaux plans agressifs de réduction des émissions pour le  secteur aérien et le transport maritime vont être rapidement publiés avec les initiative "ReFuelEU Aviation" and "FuelEU Maritime".

Chauffage, isolation des maisons, ...

La rénovation de l'habitat et le remplacement des systèmes de chauffage utilsant des combustibles fossiles seont accélérés par une combinaison d'efforts de l'Europe et des pays membres, entre autres grâce aux budgets "Modernisation Fund" et "Innovation Fund".

L'ensemble des secteurs d'activité est concerné par les mesures qui seront prises, mais elles sont trop nombreuses pour les citer toutes ici. Entre autres, des efforts seront faits pour l'agriculture, la biodiversité, la gestion forestière,...

Extraits du document original

"Science indicates that climate risks are firmly on the downside. Recent IPCC special reports found greater risks at lower temperatures of Earth system tipping points than in its 5 th assessment report, such as a slowdown of the Gulf Stream or instability of the Greenland and West Antarctic ice sheets. The climate crisis is also intrinsically linked with the global loss of biodiversity and solutions must address consistently both challenges. The only responsible course of action is therefore to move now when we still have the freedom to choose how, instead of inching forward until it may be too late."

"On the basis of the analysis carried out in its Impact assessment, the Commission concludes that achieving 55% greenhouse gas emissions reductions by 2030 would not only put the EU firmly on track to achieve climate neutrality, but would also make EU business and industry global trailblazers.".

"Low-income households bear a higher burden of heating and fuels expenses compared to wealthier households. This underlines that any expansion of emissions trading will need to address distributional impacts, e.g. by using part of the corresponding auction revenues. This will depend on the revenue allocation between the EU and national level and on its well-targeted use (e.g. Modernisation Fund and Innovation Fund)."

Sources : Ces extraits proviennent de "Investing in a climate-neutral future for the benefit of our people" (en anglais).