2020 va plus que probablement devenir la seconde année la plus chaude de l'histoire humaine - du moins depuis l'invention des thermomètres. La tendance est très claire : 9 des dix années les plus chaudes ont eu lieu il y a moins de 20 ans.

17 Août 2020 dans la vallée de la mort en Californie : 54,4°C

Les émissions de gaz à effet de serre ont fortement diminué en avril suite à la pandémie, mais elles ont déjà retrouvé leur niveau d'avant la crise et la teneur en CO2 de l'atmosphère continue à grimper...

Les endroits les plus froids se réchauffent plus vite

La région du cercle arctique, tout autour du pôle nord, se réchauffe plus vite que le reste de la planète. Une partie de la Sibérie était en moyenne 10°C plus chaude que la normale en mai 2020. Les feux de forêt y sont nombreux et plus dangereux que prévu à cause du dégel des sols gelés en permanence (le permafrost) qui libère de la tourbe et dégage du méthane.

Les feux dans l'arctique ont émis en 8 mois, depuis le début de l'année 2020, l'équivalent de 244 millions de tonnes de CO2. Le chiffre pour toute l'anne 2019 n'était que de 181 millions.

Les océans essaient de rattraper le coup...

Les océans capturent une part du CO2 de l'atmosphère, ce qui nous protège partiellement du réchauffement. Toutefois, depuis les années '90, ils ont peu à peu atteint leur saturation en CO2 et cessent de jouer un rôle de tampon. Il est donc clair que nos efforts pour réduire drastiquement nos émissions de CO2 sont d'autant plus nécessaires si on veut atteindre l'objectif de limiter le réchauffement à 1,50°C ou 2 °C.

Source : Copernicus, Bloomberg.