Couvrir de grandes surfaces de panneaux photovoltaïques est souvent vu comme du gaspillage d'espace qui pourrait être utilisé autrement. Mais, il y a moyen d'en placer à des tas d'endroits où le terrain ne change pas d'affectation, comme au-dessus des parkings, sur des panneaux anti-bruit ou le long de talus d'autoroute.


Le plus grand parking photovoltaïque de France, à Lyon : 82.000 m2, 16.300 kW de puissance, 4.600 places couvertes.

Un choix évident : les emplacements de parking

Comme on le voit ci-dessus, de très nombreux parking gagneraient à être couverts de panneaux. Les supports étant très étroits, on ne perd rien en nombre d'emplacements et le confort des utilisateurs y gagne. Le rendement est aussi bon au niveau du sol que sur des toitures, mais l'installaton et la maintenance sont simplifiés. 

Nous avons un autre exemple récent en Wallonie, au parc Pairi Daiza dont le parking de plus de 10 hectares est recouvert de 62.750 panneaux solaires délivrant une puissance de 20 MW, soit plus que tous les besoins du parc. Les structures de support des panneaux sont en bois issu de forêts belges. Des emplacements de charge pour voitures et vélos électriques devraient prochainement y prendre place. Détails sur Wikipedia.

Les talus d'autoroute

En France, VINCI Autoroutes et TRYBA ENERGY installent une centrale photovoltaïque aux abords de l’autoroute A19, sur 5 hectares à Chantecoq dans le Loiret. Représentant un investissement de plus de 4 M€, le projet utilise les emprises autoroutières non-exploitées pour produire de l'énergie sans augmenter l’artificialisation des sols.

Référence : Communiqué de presse TRYBA.