Le circuit court ne cesse de se développer au sein du secteur agricole. Mais qu’entend-t-on par « circuit court » ? Et comment l'utiliser au mieux?

 C'est quoi le circuit court?

Le circuit court est un mode de commercialisation des produits agricoles qui limite les intermédiaires entre le producteur et le consommateur. Le but étant de créer une certaine proximité géographique et relationnelle entre ces derniers. Néanmoins, il n’existe aucune distance géographique limite pour parler de circuit court.

Les avantages du circuit court

Pour le consommateur: Les consommateurs qui privilégient une alimentation locale bénéficient d’une transparence sur la provenance et la qualité des produits. De plus, ils contribuent au respect de l’environnement et au développement de l’agriculture locale, tout en s’alimentant de façon plus saine.

Pour une meilleure information:  Le circuit court offre la possibilité au producteur de récolter les avis de sa clientèle; les consommateurs profitent eux aussi d’une totale transparence sur la provenance des produits.

Pour l'impact écologique: En consommant des produits locaux, il  n'y a pas d'importation depuis l’étranger. Cela permet d’émettre moins de gaz à effet de serre. L’utilisation des emballages est plus limitée. En réduisant les transports et la chaîne de distribution, les producteurs et les consommateurs peuvent réaliser des économies importantes.

Pour la qualité des produits: Les circuits courts permettent de consommer des produits en fonction des saisons. De ce fait, les agriculteurs utilisent moins de pesticides et les aliments répondent mieux à vos besoins nutritionnels selon la saison. Les fruits et légumes sont d’autant plus savoureux lorsqu’ils mûrissent sur la plante et non lors du transport.

Pour créer de l'emploi local:  Les producteurs doivent s’adapter aux exigences du circuit court et aux demandes des consommateurs et ils ont parfois besoin d’aide complémentaire.

Les deux catégories de circuit court

 La vente directe: La vente directe signifie qu’il n’y aucun intermédiaire entre le producteur et le consommateur. L’agriculteur bénéficie alors d’une liberté d’action pour vendre sa marchandise avec la méthode de son choix. L’absence d’intervenant extérieur lui permet aussi de fixer un prix juste sur ses produits.

Les variantes de la vente directe sont : la vente à la ferme, la cueillette libre-service, la vente sur les marchés locaux, la livraison à domicile, les distributeurs automatiques, la restauration à la ferme,  les points de vente collectifs, la vente sur internet, les foires et salons.

La vente indirecte: Pour que le circuit reste qualifié de court, il n'y a qu'un seul intermédiaire entre le producteur et le consommateur. Cette méthode permet à l’agriculteur de ne pas avoir à assurer seul la commercialisation de ses produits. Dans certains cas, c’est un choix presque obligatoire car le producteur ne dispose pas d’une proximité géographique suffisante avec sa clientèle.

Les points de vente indirects peuvent être : un magasin, un restaurant, un autre producteur, une plateforme internet...

Trouver et annoncer des points de vente

L'information sur les lieux et sur les horaires des points de vente du circuit court circule encore assez mal de nos jours. Il existe quelques plateformes d'information à ce sujet, dont la plus connue est l'Accueil Champêtre en Wallonie.

 

Pour aider les producteurs locaux à mettre en place leur activité, il y a le "Pôle circuits-courts" d'Accueil Champêtre en Wallonie, accessible ici : accueilchampetre-pro.be. Accueil Champêtre en Wallonie, c’est plusieurs centaines de membres dans toute la Wallonie. Le pôle fait partie de Diversiferm, une association de compétences qui a pour but d’accompagner les agriculteurs-transformateurs et les artisans de l’agro-alimentaire dans leurs productions de denrées alimentaires artisanales et la commercialisation via les circuits courts.

Les missions d'Accueil Champêtre:

  • Avis et aide à la structuration d’un projet
  • Etude de faisabilité d’un projet
  • Encadrement au démarrage, aide aux démarches administratives (permis d’urbanisme, d’environnement, BCE, …)
  • Conseils à la commercialisation en vente directe et/ou en circuits courts
  • Aide à la création d’un point de vente et conseils en marketing
  • Analyse de la rentabilité d’un projet

 L'AFSCA, terreur des petits producteurs?

L'AFSCA est un organisme de contrôle. Elle applique les règles européennes, ou en tout cas, l'interprétation que la Belgique en fait. La politique de l'AFSCA vis-à-vis du circuit court est décrite dans ce document de 2012 (mis à jour en 2015), malheureusement disponible en anglais seulement.

Accompagnement: Qui dit vente en circuits courts, dit souvent transformation à la ferme en amont. Afin d’aider les petits producteurs à se conformer à la réglementation en termes d’hygiène, une structure d’accompagnement des petites entreprises « Cellule de vulgarisation et d’accompagnement » existe au sein de l’AFSCA depuis 2015. Elle propose des solutions d’accompagnements individuels afin de soutenir les producteurs fermiers, les petites entreprises et les indépendants.

Les principales règles à respecter dans le secteur de la distribution sont reprises dans des fiches équick start".

Coronavirus:  Suite à la crise sanitaire liée au coronavirus, une offre de webinaires gratuits devrait être mise en ligne par l'AFSCA prochainement pour répondre aux questions les plus fréquentes des opérateurs. Affaire à suivre ici.

L'AFSCA publie régulièrement des communiqués de presse. Un des derniers, daté du 12 novembre 2020, explique la dispense de cotisations en période de coronavirus.